Skip to main content

Partage de fichiers samba avec le Raspberry Pi

apt-get install samba

Pour diverses raisons, vous pouvez être amené à transférer des fichiers par le réseau vers votre Raspberry pi, ou au contraire en récupérer. Il est également possible de modifier directement un fichier par le réseau, pratique pour programmer le Raspberry Pi. Il existe pour cela de nombreuses solutions, mais nous verrons dans ce billet l’utilisation du protocole SMB, via le logiciel samba, qui permet de faire des “partages Windows” en reproduisant le protocole de ce système. Si ce n’est pas nécessairement le meilleur protocole pour tous les usages, il sera accessible depuis les postes sous Linux, Unix, Windows, ou encore MacOS, et donc probablement le plus répandu. Nous verrons ici comment installer et configurer tout cela sur votre Raspberry pi.

En savoir plus

Caméra Raspberry pi waterproof : présentation.

SauronPi avec camera et vitre en place

Dans le cadre de mon projet SauronPi, je développe une caméra autonome et waterproof capable de rester un moment dans la nature pour photographier ou filmer pendant de longues périodes sans intervention. Ceci est un sous-projet du projet SauronPi, pour lequel je développe des systèmes vidéo/photo basés sur le Raspberry Pi et son module caméra. L’objectif de ce billet est de vous présenter le projet et ses objectifs.

En savoir plus

Raspberry pi mobile LiPo, test d’autonomie au repos, monitoring batterie

courbe tension batterie lipo en fonction du temps alimentant un raspi A+

Aujourd’hui, voyons comment s’en sort notre raspberry pi équipé de sa batterie LiPo de 6000mAh. Dans ce précédent billet, j’ai décrit le système de base du Raspberry pi mobile, et dans celui ci j’ai rajouté un composant pour mesurer la tension de la batterie. Le premier test effectué nous a permis d’atteindre environ 42 heures d’autonomie, au repos. Cette fois ci, nous reproduisons ce test, mais en mesurant la tension de la batterie durant ce test. Nous étudierons la courbe pour déterminer une relation entre la tension et la charge restante.

En savoir plus

DS3231 Raspberry pi RTC : ajouter une horloge temps réel I2C – Alitest

DS3231 Raspberry pi RTC - pinout

Le Raspberry pi ne dispose pas de module RTC (Real Time Clock, horloge en temps réel), et ne peut donc pas garder une trace précise du temps écoulé sans avoir recours à une synchronisation sur un serveur de temps (NTP). Cela n’est pas toujours possible, notamment pour des projets ou le Raspberry Pi n’est pas connecté au réseau. Pour remédier à cela, il est possible d’ajouter un module RTC tel que le DS3231, économique, compact et précis. Nous verrons dans ce tutoriel comment réaliser cela.

En savoir plus

DS18B20 Raspberry pi – Mesurer la température avec une sonde numérique

DS18B20 logo sonde température numérique

Pour mesurer la température, il est possible d’utiliser divers capteurs, tels que le TMP36, le DHT11/DH22, ou encore le DS18B20. C’est à cette dernière sonde que nous nous intéresserons aujourd’hui. Il s’agit d’une sonde numérique (pas besoin de convertisseur analogique-numérique tel que le MCP3008) qui est assez précise (±0.5°C sur la plage -10°C – 85°C), raisonnablement facile à utiliser, et consommant peu. Par rapport à une sonde analogique, c’est un peu plus complexe, puisqu’il faut utiliser le protocole dallas 1-wire, mais nous verrons qu’il y a déjà les outils nécessaires pour exploiter tout cela.

En savoir plus

Changer le nom d’hôte (hostname) du Raspberry pi

raspi-config choix options avancées

Par défaut, le Raspberry pi porte le nom de machine (hostnamerasberrypi. C’est logique, mais si vous en avez plusieurs, il devient difficile de savoir qui est qui. Pour ces raisons, il peut être souhaitable de changer le nom d’hôte de la machine. C’est ce que nous verrons dans ce tutoriel, avec deux méthodes : en utilisant raspi-config ou “à la main”.

En savoir plus

Raspberry pi mobile LiPo : un système autonome et rechargeable à bonne autonomie

Raspberry pi A+ autonome avec batterie, chargeur et régulateur de tension

Le Raspberry pi est un ordinateur compact et économe en énergie. Il est donc logiquement une solution intéressante pour des projets embarqués. Je vais donc présenter ici un montage permettant de faire un Raspberry pi portable avec une batterie rechargeable Lithium Polymère, et un chargeur efficace. L’objectif final sera d’avoir un système qu’on puisse utiliser indifféremment sur secteur ou sur batterie, sans interruption, comme avec un ordinateur portable classique.

En savoir plus

Configuration de l’I2C sur un Raspberry Pi

raspi-config/advanced options/i2c

Nouveau tutoriel : Configuration de l’I2C sur un Raspberry Pi.

Le bus I2C (ou I²C), pour Inter Integrated Circuit, a été développé en 1982 par Philips et permet de connecter divers équipements électroniques entre eux. Il dispose d’un système d’adressage permettant de connecter de nombreux périphériques I2C sur les mêmes câbles, ce qui signifie ici que l’on utilisera un nombre restreint de GPIO, quel que soit le nombre de périphériques I2C installés. Dans le contexte du Raspberry Pi, ce bus est très utile, puisqu’il permet de rajouter diverses fonctionnalités. On trouvera par exemple des puces pour ajouter des GPIO, des horloges temps réel, des capteurs, et bien d’autres composants en I2C. Par défaut, l’I2C n’est pas forcément activé, et nous verrons comment faire cela.

Pour lire la suite du tutoriel, suivez ce lien :

http://nagashur.com/wiki/doku.php?id=raspberry_pi:i2c_setup

Installation et utilisation du module camera du Raspberry Pi

Un Raspberry Pi modèle B avec un module camera.

Un nouveau tutoriel est en ligne, sur l’installation et la configuration du module camera sur un Raspberry Pi.

Il est disponible sur le Wiki, dans la section raspberry pi.

Le module camera coûte environ 25$, et est capable de capturer des images en 5 méga-pixels, mais également des vidéos jusqu’à la full HD à 30 images par secondes. Il se branche dans un port spécial du Raspberry pi, qui permet au GPU de traiter directement les données.

Dans ce tutoriel, nous verrons comment brancher le module caméra, l’activer, et l’utiliser.

Lien vers le tutoriel : http://nagashur.com/wiki/doku.php?id=raspberry_pi:module_camera_install

Liste de tutoriels Raspberry pi sur le wiki

wiki.nagashur.com : section raspi

J’ai commencé à porter les tutoriels Raspberry Pi sur le wiki. Je remets donc en forme, corrige, actualise et améliore les anciens tutoriels, tout en ajoutant de nouvelles ressources. Si vous êtes donc intéressés par le Raspberry Pi, et vous demandez comment réaliser une chose en particulier, n’hésitez pas à vous rendre dans la section Raspberry pi du wiki (http://nagashur.com/wiki/doku.php?id=raspberry_pi:start).

Pour l’instant voici la liste de tutoriels Raspberry pi postés :

Au passage, dans la section Robotique du Wiki, j’ai porté les tutoriels sur la création d’un robot basé sur le Raspberry Pi, R.Cerda.

Un nouveau robot basé sur le Raspberry Pi : R.Hasika

R.Hasika en version découpe laser vu de face

J’ai commencé la construction d’un nouveau robot basé sur le Raspberry pi, R.Hasika.

Celui ci reprend les bases du précédent, R.Cerda, mais en améliorant l’ensemble avec une conception plus précise. L’objectif de ce robot est de pouvoir obtenir un déplacement rectiligne et précis, et des rotations exactes. Ainsi, il devrait être possible de mesurer le déplacement du robot, et de calculer sa position en fonction des déplacements effectués par rapport au point de départ.

L’un des objectifs est de pouvoir faire en sorte que R.Hasika soit capable de se déplacer dans un environnement pour accomplir une mission quelconque, puis de revenir à un point précis afin de pouvoir se recharger automatiquement.

La conception de ce robot est ouverte, je fournis donc les plans et fichiers permettant de reproduire exactement le même robot, ainsi que les scripts permettant d’en modifier certains paramètres (largeur, hauteur, etc).

Pour plus d’informations, les fichiers, des explications, les plans, scripts et codes sources, rendez vous sur la page centrale du projet R.Hasika (http://nagashur.com/wiki/doku.php?id=robotique:r_hasika:start).

Pour voir l’avancement du projet, rendez vous sur la page d’avancement de R.Hasika (http://nagashur.com/wiki/doku.php?id=robotique:r_hasika:avancement).

Lecture d’une sonde de température TMP36 sur un Arduino

sonde TMP36 (crédits Adafruit)
Broches du TMP36

Broches du TMP36

Aujourd’hui, nous nous pencherons sur l’utilisation d’une sode de température TMP36 sur un Arduino.

Pour le projet de station météo “home made”, il nous faut des capteurs. Nous allons commencer par un capteur très simple, économique, et facile à utiliser avec le TMP36.

Branchement

En fait, ce capteur est tellement simple, que ce billet risque d’être très court! L’image de gauche donne même toutes les informations nécessaires.
Pour lire ce capteur, il faut une entrée analogique. Sur un Arduino, ce seront les broches A0 à A5. Sur un Raspberry Pi, il faudra utiliser un MCP3008 ou un autre convertisseur analogique vers numérique.

Ce capteur donne la température de -50 à 125°C, et est alimenté via du courant continu entre 2.7V et 5.5V pour une consommation de 0.05mA. Ce n’est donc pas ce capteur qui videra les batteries de votre montage.

Dans la forme que j’ai utilisée, il y a un coté arrondi, et un coté plat. Si le coté plat est vers vous, alors la broche de gauche ira sur le +5V de votre Arduino, ou sur le +3.3V du Raspberry Pi. La broche centrale ira sur votre entrée analogique, par exemple le A0 du Arduino, ou une broche d’entrée du MCP3008 connecté à votre Raspberry Pi. Enfin, la broche de droite sera connectée à la masse (0V) de votre circuit.

Et voila! Le branchement est fini!

En savoir plus

Creation d’une station météo “maison” : projet Milapli

Une version de test de Milapli, une station météo basée sur un
Anémomètre (WSTX20) de la station Lacrosse WS 2355

Anémomètre (WSTX20) de la station Lacrosse WS 2355

Bonjour à tous!

Aujourd’hui, je vais vous présenter mon nouveau projet : la création d’une station météo de toutes pièces. Je possède déja une station météo du commerce, mais je suis sur qu’on peut faire quelque chose de proche pour moins cher. D’autre part, avec une station météo faite soi même, on peut ajouter tous les capteurs que l’on veut.

C’est donc l’occasion d’aller plus loin qu’une simple station météo : il sera possible d’ajouter toutes sortes de capteurs environnementaux et de mesurer de nombreux paramètres. D’autre part, comme nous maîtrisons complètement le matériel ET le logiciel, il sera possible de programmer le rythme de collecte de données, le stockage de celles ci, et tout ce qui nous souhaitera important.

Voyons maintenant les objectifs de ce projet.En savoir plus

Mesurer la distance à laquelle se trouve un objet avec un capteur infrarouge sur le Raspberry Pi

Mesurer la distance à laquelle se trouve un objet avec un capteur infrarouge sur le Raspberry Pi

Dans le ce billet, nous verrons comment utiliser un capteur de distance infrarouge ou pour mesurer précisément la distance entre le capteur et un objet en face de celui ci. Dans un prochain billet, nous verrons comment réaliser la même chose avec un capteur à ultra-sons.

En savoir plus

Ajouter des GPIO au Raspberry Pi en utilisant une puce MCP23017 ou 23008

puce MCP23017, crédits photo Adafruit
Puce MCP23017

Puce MCP23017

Si le nombre de GPIO disponibles sur le Raspberry Pi ne vous convient pas, pas d’inquiétude, il est possible d’en rajouter. La puce MCP23017 permet d’ajouter 16 GPIO , et la puce MCP23008 permet d’en rajouter 8. Dans les deux cas, ces puces se connectent au Raspberry Pi sur des GPIO “spéciaux”, dédiés au protocole I²C. Ce qui est formidable, c’est que même ainsi, vos broches I²C restent disponibles, grâce à un système d’adressage.
Il est ainsi possible de connecter d’autres puces sur les broches I²C en chaînant celles ci avec notre MCP23017 ou MCP23008. Pour cela, on utilisera un système d’adressage que nous verrons plus tard.
Ces deux puces coûtent 2$ pour le MCP23008, et 3$ pour le MCP23017. A moins d’avoir des contraintes d’espace (le MCP23008 se présente sous forme d’une puce à 16 broches, en 2*8, alors que la MCP23017 est une puce à 28 broches, en 2*14) sur votre montage, autant prendre des MCP23017. 🙂

En savoir plus

Mesurer la luminosité avec une photo résistance

photorésistances diverses
Photo résistance

Photo résistance

Une photo-résistance est un composant dont la résistance varie en fonction de l’intensité lumineuse s’appliquant sur sa surface. On peut s’en servir pour détecter s’il fait jour ou nuit, mais aussi, en utilisant une paire de photo résistances, déterminer la direction d’une source lumineuse. Ce composant pourra par exemple servir à orienter un panneau solaire vers le soleil et ainsi maximiser l’énergie reçue… On pourra également s’en servir pour un robot suiveur de ligne, ou pour détecter le mouvement d’un objet qui obstruerait une source lumineuse. Les applications sont très nombreuses, et ce composant est économique et simple à utiliser, alors pourquoi s’en priver?

Ce billet vise à décrire la lecture des valeurs d’une photodiode en utilisant un Raspberry Pi. Nous avons vu comment lire des valeurs analogiques en utilisant une puce MCP3008, et nous utiliserons ce même montage pour lire notre photo résistance. Si vous utilisez un Arduino, c’est encore plus simple, puisqu’il suffira de connecter la broche de lecture à une broche analogique du Arduino, et de remplacer l’alimentation 3.3V par une alimentation 5V sur le schéma.

De nombreux tutoriels sont disponibles pour Arduino, par exemple celui d’Adafruit : Utiliser une photorésistance avec un Arduino.

Voyons maintenant de quoi nous aurons besoin.

  • Une photorésistance
  • Une résistance classique d’environ 1-2KOhm (valeur à adapter à ce que vous voulez mesurer)
  • Un Raspberry Pi
  • Un MCP3008 connecté au Raspberry pi
  • Comme d’habitude, c’est plus facile avec une breadboard, mais on peut faire sans.

En savoir plus